Quel est le bilan de la COP 24?

Published by sandra debruyne on

Quel est le bilan de la COP24?

une enfant suédoise à la cop24

200 pays se sont réunis pour la COP 24 qui s’est déroulée cette année à Katowice ,en Pologne, du 2 au 14 décembre. A l’issue de deux semaines de négociations , un manuel de 150 pages a été adopté afin d’appliquer l’accord de Paris.. Retour sur les principales annonces..

Ne pas dépasser les 2 degrès..

L’objectif de cette 24ème édition? Parvenir à mettre 200 pays en accord sur des règles de mises en oeuvre des accords de Paris. Pour rappel ceux-ci visent à ne pas dépasser les + 2 degrés d’ici 2030 ,soit dans un peu moins de 12 ans. Le dernier rapport du GIEC, paru il y a quelques  mois était très alarmant et préconisait une diminution de 50% des émissions de CO2 pour parvenir à atteindre cet objectif. Les ONG , très en attente de cette COP , attendaient de vrais engagement et notamment une hausse des promesses de réduction des gazs à effet de serre d’ici 2020.

La science a clairement montré que nous avons besoin d’ambition accrue pour battre le changement climatique”, a déclaré Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, dans un message lu par la responsable climat de l’ONU, Patricia Espinosa.

Mais devant l’opposition de certains pays , comme les Etats-Unis ou l’Arabie Saoudite ,les pays n’ont pu s’accorder pour “accueillir favorablement” le contenu de ce rapport dans le texte final .

Ce point de discorde concernant le rapport du GIEC n’inaugurait pas de grandes décisions.. Dans un contexte géopolitique peu propice, ils se sont toutefois entendu sur la mise en place d’un manuel d’utilisation des accords de Paris de 150 pages .

Quels engagements?

Plus de 160 pays ont déposé depuis 2015 des engagements de réduction de leurs émissions de gaz à effets de serre. Ceux qui ne l’ont pas fait doivent le faire d’ici 2020. 
Les règles d’application précisent comment comptabiliser les émissions, et ce à partir de 2024, et quoi comptabiliser, en suivant les directives du GIEC. Elles prévoient que les pays soumettent tous les deux ans un rapport expliquant leurs actions, soumis à l’évaluation d’experts mais sans pouvoir ouvrir la voie à des sanctions.
Une flexibilité ainsi qu’une aide financière est accordée aux pays les moins avancés et aux Etats insulaires, en fonction de leurs capacités. Les autres pays en développement doivent fournir un argumentaire et un cadre temporel. Tous les cinq ans, à partir de 2023, les pays feront le “bilan mondial” de leurs efforts collectifs.

Un bilan mitigé

Du point de vue des ONG le bilan est très mitigé. Le WWF ainsi que Greenpeace sont très préoccupés par l’incapacité des Etats à prendre des mesures concrètes pour répondre à l’urgence climatique.

“Les dirigeants du monde sont arrivés à Katowice avec la mission de répondre aux conclusions scientifiques les plus récentes, qui indiquent clairement que nous n’avons que 12 ans pour réduire de moitié les émissions de CO2 et prévenir un réchauffement climatique catastrophique”,note dans un communiqué de presse Manuel Pulgar-Vidal, directeur du réseau mondial Climat et Energie du WWF. “Ils ont réalisé des progrès importants, mais ce que nous avons vu en Pologne révèle un manque profond de compréhension de la part de certains pays à l’égard de la crise actuelle. Pourtant l’avenir de chacun d’entre nous est en jeu. Nous avons besoin que tous les pays s’engagent à relever leur ambition climatique d’ici 2020.”

Greenpeace rejoint ce constat: 

“La COP 24 a donné le triste spectacle d’une incompréhension entre des pays qui défendent leurs intérêts économiques et industriels, et des pays vulnérables qui jouent leur survie. Au final, ce sont les peuples qui sont abandonnés”, regrette dans un communiqué de presse Clément Sénéchal, chargé de campagne climat pour Greenpeace France.

Des ONG à l'attaque

Le 17 décembre dernier des ONG françaises ont déposé un recours en justice contre l’Etat Français pour “inaction de l’Etat français face aux changements climatiques” . Selon la procédure, l’Etat a deux mois pour répondre. Les ONG prévoient dans un second temps, en mars probablement, d’introduire un recours juridique devant le tribunal administratif de Paris. Pour suivre leur action: #l’affaire du siècle

Ce n’est pas une première puisque l’Etat Néerlandais a déjà été condamné pour “laxisme en matière environnementale” il y a 2 mois. Il n’y a pas eu de sanctions mais l’Etat va devoir réduire de 25%  leurs émissions de gazs à effets de serre pour 2020.

L'image forte de la COP 24

L’image forte de cette COP24 restera cette jeune fille Suédoise de 15 ans , Greta Thunberg qui a réussi à faire passer son message devant tous les chefs d’Etats.

 “Nous devrons vivre avec le bazar que les précédentes générations ont créé. Nous devrons réparer les dégâts pour eux. Ce n’est pas juste”


1 Comment

Yoann Romano · 18 December 2018 at 20 h 03 min

quel courage cette petite Greta!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *